Un belle utopie à vous proposer

  

L'idée qui me porte depuis un an maintenant et qui, il me semble, se dessine en germe depuis toujours, et d'établir un lieu d'art multiple, un lieu d'ouverture et d'intimité. Un lieu qui serait à la fois atelier pour les arts plastiques, laboratoire photographique, possédant une salle de danse pour la création contemporaine et un équivalent d'espace scénique pour les représentations théâtrales. Dans la foulé, pourquoi ne pas y intégrer une petite salle de cinéma pour le loisir ou la projection d'avant-première... Ce serait un lieu aussi accueillant pour l'ouvrage des écrivains et des philosophes qui pourraient se reposer et s'enrichir dans un lieu hautement concentrée en énergies prolifiques.Le lieu serait aussi complet que possible puisqu'il serait également le lieu de partage à l'autre. Il serait une galerie permanente ouverte ''au public''... en certaines occasions, de grands vernissages seraient organisés à moindre frais, avec des journée à thèmes, des défilés de mode de résident stylistes, l'inauguration d'une nouvelle série de toiles, de sculptures ou de photographies. Autour de cela pourrait s'organiser des jeux de société telle une partie de jeu d'échec à taille humaine (je dois avouer que j'en rêverais). Le tout se conclurait par un dîner de gala, un bal, la projection du film du cinéaste résident, la représentation d'un ballet, d'un opéra où d'une pièce d'un autre résident... Soit: ce genre de journée serait grandioses, mondaines, et ferait rêver artistes, mécènes et acheteurs...
Pensons aussi que le jardin se doit d'être entretenu et qu'à ses fins, la présence de jardiniers-paysagistes serait souhaitable, car il est évident que tout les artistes ne seraient pas doués ou disponible au soin d'un jardin et de son potager. Le jardin comme un des nombreux arts est exigeant et prestigieux. Aussi les artistes résidents aurait le loisirs de se reposer et de s'inspirer parmi les créations des paysagistes. Il serait d'ailleurs agréable d'y avoir un étang fleuri et une grande collection de fleurs. Il serait ainsi ouvert au public (gratuitement ou non selon le budget du lieu).
Le château dépoussiérerait les salons littéraires et les réunions de cultures, par exemple, il pourrait s'y tenir chaque semaine un ou deux salons littéraires. De grands noms y serait accueilli, peut-être même une émission télévisée retransmettrait-elle les débats pour garder le contact avec le public et diffuser la culture (bien sûr intéressante sources de revenus pour l'indépendance du château).
Quant au fonctionnement des artistes et du concept il serait simple. L'idée et de recréer une notion d'art total en rassemblant tout les protagonistes de l'art qui ont besoin d'un espace de création provisoire, pour une durée courte ou longue. L'image la plus appropriée serait le croisement de la maison de vacance et du cloître réuni. Un lieu studieux, reposant, ouvert et comme je l'ai déjà dit: prolifique. Chacun serait potentiellement accueilli dans la mesure où il souhaite bénéficier d'un espace libre de création, s'ouvrir à l'art total, bénéficier de moyens de créations et d'une création jaillissante de toute part. On pourrait considérer que la résidence appartiendrait à une ou dix personnes maximum, mais que de nombreux artistes pourrait y séjourner l'espace de quelque jours, plusieurs mois ou plusieurs années (selon la place disponible, malheureusement). Chaque artiste y pourra travailler sur son projet personnel ou bien associé avec un ou plusieurs autres. Il ne sera pas question de rendement ou de productivité, l'art n'est pas une usine. Mais il serait question de développement personnel et artistique. On pourrait même envisager d'accueillir quelque personnes dans le cadre d'un petit programme d'art-thérapie. L'entente dans l'ensemble du château devra être impérativement cordiale et sereine, sans haine ni inimitié sou peine d'exclusion où de renvoie du - ou des -  fauteur(s) de trouble. Chaque artiste résident possédera sa chambre avec salle de bain et commodité. On peut imaginer un ou deux appartement complet. La cuisine, les pièces de vie et une bibliothèque commune ainsi que tout les lieu de création seront à la disposition de tous. Le matériel non étiqueté au nom du propriétaire et  de sa stipulation formelle de ne le réserver qu'à son usage propre sera utilisable par tous au sein de la résidence. Il est évident que chacun doit le respect du matériel commun mais rappelons-le tout de même. Chacun sera maître de définir l'intimité dont il à besoin pour son épanouissement.
Quand à la vie sociale, il sera bien sûr possible d'y avoir son conjoint, ses enfants, et d'accueillir de temps à autres des membre de sa famille. La résidence serait la plus autonome possible, vivant d'un généreux potager, de ses expositions, de ses ventes, de ses galas de bienfaisance et d'éventuelles subventions de la région et du département des arts et de la création. Un ou plusieurs mécènes ne seraient pas refusé. Chaque artiste serait relativement libre d'apporter le loyer qui lui convient selon ses moyens ou de préférer un pourcentage sur les ventes à hauteur de quarante pourcent (?). Il serait possible bien sûr de combiner les deux. Des entreprises personnelles comme l'animation d'une émission, ou de séminaires artistiques seront les bienvenus et compteront en partie comme revenus.  L'artiste est libre d'aménager quand il le désire, s'il y a de la place pour lui, et est également libre de partir dès qu'il estime qu'il à suffisamment profité du lieu ou que sa vie l'appel ailleurs (avoir enfin sa propre maison, etc...). Aussi un jeune artiste  débutant (ou un moins jeune) et sans moyens peut espérer y entrer si son projet créatif est solide et que son dossier à été retenu par les mécènes et les autres artistes résidents: il dédommagera la résidence par la suite qu'il ait quitté ou non la résidence ( et selon la formule qui correspond à sa créativité). Il est donc possible de dédommager la résidence après l'avoir quitté, on a alors une sorte de statue d'ancien résident bienfaiteur. Des artistes internationaux seraient accueillis avec enthousiasme. La maison devrait obtenir une renommée prestigieusequi lui permettrait d'être côté et valorisée.
En aucun cas le château ne serait une école. C'est un lieu de culture, de partage et d'expérimentation artistique, mais non un lieu d'enseignement, l'artiste y est autonome et autodidacte, libre à lui de donner des cours permanents en dehors de l'école.
Bien sûr d'autre part, si le lieu est un lieu d'exposition permanente, il n'y a pas d'exclusivité. Les artistes sont libres d'exposer où bon leur semble en dehors du château.